Vue générale :

Qu’est-ce que l’otosclérose ?

Que signifie le terme en lui-même ? Oto est le mot grec pour l’oreille , et les médecins définissent la sclérose en général comme le processus de durcissement des organes ou des tissus. Dit simplement, il s’agit donc d’un durcissement à l’intérieur de l’oreille. Regardons cela de plus près :

Pour pouvoir comprendre la maladie, il faut d’abord savoir dans les grandes lignes comment se fait la propagation du son dans l’oreille. Le son percute d’abord le tympan, puis il est transmis dans l’oreille moyenne à l’oreille interne via la chaîne des osselets. Il passe par le marteau, l’enclume et l’étrier. Ces trois osselets doivent être mobiles et pouvoir vibrer pour transmettre le son. Le son est transmis par l’étrier à la zone de passage vers l’oreille interne. En cas d’otosclérose, c’est cette fonction qui est perturbée. L’étrier est l’osselet qui est le plus souvent touché par la sclérose, et il perd sa mobilité. Cette perte de mobilité entraîne une perte auditive, car le signal transmis à l’oreille interne n’est plus suffisant.

Qu’est-ce qui provoque la maladie ?

Les causes de l’apparition de l’otosclérose ne sont pas encore connues. Plusieurs facteurs semblent néanmoins en favoriser l’apparition.

D'une part, elle semble avoir une composante génétique, car on a constaté qu’elle touche plus souvent certaines familles. Il existe aussi des différences entre les hommes et les femmes : celles-ci en sont deux fois plus souvent atteintes que les hommes. Comme la maladie empire généralement durant une grossesse, on pense que des influences hormonales peuvent également la déclencher. Enfin, le virus de la rougeole est considéré comme un élément déclencheur potentiel.

Dans l’état actuel des connaissances, il n’existe pas de mesures préventives contre l’apparition de l’otosclérose.

Quels en sont les symptômes ?

La maladie se déclare le plus souvent par une surdité croissante, qui apparaît entre l’âge de 20 et de 50 ans. On diagnostique une otosclérose chez 5 à 9 pour cent de tous les patients atteints d’un problème auditif. Chez les patients atteints de surdité de perception, le durcissement est même observé dans 18 à 22 pour cent des cas. Au début, le problème auditif surgit le plus souvent d'un seul côté, mais il peut se transmettre par la suite aux deux oreilles. Souvent, les oreilles ne sont pas atteintes au même degré. Certains patients décrivent en outre qu'ils entendent mieux dans les environnements bruyants. D'autres symptômes possibles sont les acouphènes (le plus souvent dans les sons graves) et le vertige. Comme le durcissement est un processus qui se développe sur une durée assez longue, l’otosclérose peut rester inaperçue pendant de longues années avant l’apparition du problème auditif. Elle n’est généralement pas douloureuse.
N’hésitez pas à consulter un spécialiste en otorhinolaryngologie. Certes, l’examen du tympan, de l’oreille moyenne et de la trompe d’Eustache semble à première vue anodin, mais il permet dans de rares cas de diagnostiquer l’otosclérose par le symptôme de la tache de Schwartze. La tache de Schwartze est un rougissement de la paroi de la caisse du tympan visible à travers le tympan.

La maladie n’est pas très facile à déterminer, mais le diagnostic peut se faire par diverses mesures audiométriques (audiométrie à sons purs et impédancemétrie). Dans certains cas, il faut encore effectuer d’autres tests, comme par exemple un contrôle de l’équilibre, une radiographie de la zone de l’oreille ou une scintigraphie tympano-cochléaire (STC), qui peuvent faire apparaître un foyer inflammatoire actif.

En quoi consiste le traitement ?

L’otosclérose ne se traite efficacement que par une intervention chirurgicale. Les chances de guérison sont toutefois extrêmement élevées : plus de 90 pour cent des patients traités voient leur capacité auditive améliorée après l’opération, et les acouphènes disparaissent chez environ la moitié d’entre eux. Les thérapies médicamenteuses n’ont par contre jusqu’ici rencontré qu'un succès limité.

Autrefois, on effectuait le plus souvent une stapédectomie (stapes = étrier), qui consistait à enlever complètement l’étrier et une partie de la platine de l’étrier. L’étrier est remplacé par une prothèse qui est rattachée à l’enclume. Ce processus s’appelle la chirurgie stapédoplastique.

Aujourd'hui, on a surtout recours à la stapédotomie. Avec la stapédotomie, seule la partie supérieure de l’étrier est enlevée – la platine de l’étrier reste. Avec un rayon laser ou une petite aiguille, on perce un petit trou dans la platine, et on insère une prothèse. Ce procédé opératoire est aujourd'hui celui qui est le plus courant car il entraîne moins de complications. La stapédotomie par laser, surtout, est considérée comme très précise.

Les prothèses insérées aident à transmettre directement à l’oreille interne les vibrations de la chaîne des osselets. L’étrier, qui a été enlevé, est ainsi contourné, et les vibrations des autres osselets sains sont transmises à la prothèse.

Cette intervention chirurgicale peut être effectuée sous anesthésie locale ou totale. Votre médecin ORL vous donnera d'autres informations sur le déroulement et les risques éventuels de l’opération.

Pour retrouver une meilleure audition, les patients qui ne souffrent que d’une perte auditive minime peuvent aussi envisager comme alternative d’utiliser des appareils auditifs. Ce traitement n’arrête toutefois pas le processus d’ossification croissante, et un contrôle régulier de la capacité auditive reste donc indispensable.

conclusion

L’ossification dans l’oreille se traite généralement bien. Si vous constatez que votre capacité auditive diminue, consultez un médecin ORL. Une perte auditive peut être un signe de diverses maladies, et devrait donc toujours faire l’objet d'un examen par un spécialiste.